fbpx

Pourquoi la spiruline fraîche d’Algorapolis n’est pas bio ? 

 

La spiruline d’Algorapolis n’est pas bio… Et c’est une bonne chose ! 

Quelques chiffres & infos pour commencer 🌍

En France, nos 200 producteurs de spiruline environ (pour la plupart artisanaux) fournissent seulement 1/4 de la consommation française (de 250 tonnes par an). Cette spiruline française n’est pas labellisée bio pour la grande majorité.

Pourquoi ?

Car dans le cas de la spiruline, les seules différences se trouvent dans le remplacement de l’urée par l’alcali (NH4OH), et du MAP par l’acide laminaire (P2O5) (qui représentent également un investissement financier plus élevé à prendre en compte). Cependant, il faut savoir que les spiruliniers ne passent pas à la Certification Biologique dès maintenant car le cahier des charges biologique qui s’applique à eux depuis mai 2017 est celui des Algues Marines (règlement Européen 889/2009), alors que la spiruline n’est pas une algue mais une cyanobactérie et ses lieux de vie les plus connus sont les lacs alcalins de la ceinture intertropicale. Donc le cahier des charges Algues Marines n’est pas adapté… Ce cahier des charges Algues Marines comporte 2 principaux chapitres :

1/ Les INTRANTS à qui doivent être des matières organiques d’origine végétale. 

Le Hic : la matière organique salit le milieu, nos photobioréacteurs (ou les bassins pour la plupart des spiruliniers) prendrait alors une couleur marron. Pas génial !

2/ La GESTION DE L’EAU à qui demande que l’eau à la sortie doit être identique à l’eau à l’entrée, ce qui demande un recyclage, une épuration et une gestion des effluents. 

Le Hic : si on utilise des matières d’origine végétale, le milieu doit être changé toute les 3 semaines sur consommation (ce qui demande 10 fois plus d’eau), et on devrait rejeter derrière des effluents chargés en matières organiques et donc polluants.

Alors d’où vient la spiruline bio importée ? Principalement de très grandes unités de production en Inde, en Chine et aux Etats-Unis. Dans ces pays-là, le label “bio” est basé sur des standards très inférieurs aux standards français. On peut donc dire qu’acheter de la spiruline bio en France aujourd’hui, c’est favoriser les gros producteurs aux dépends des artisans, et contribuer au réchauffement climatique par les transports depuis d’autres continents !  

Pourquoi la spiruline d’Algorapolis est éco-responsable même sans la labellisation?

En agriculture conventionnelle, la labellisation Agriculture Biologique possède deux intérêts : 

  • réduire l’utilisation de fongicides (anti-champignon) et d’insecticides
  • empêcher l’utilisation d’engrais chimiques qui, une fois épandus sur les sols sont lessivés par les pluies vers les rivières ou les nappes phréatiques :  ils constituent une grande pollution pour l’eau ! 

Chez Algorapolis, on n’utilise aucun fongicide ni insecticide. En plus, rien n’est rejeté dans le milieu extérieur car les nutriments apportés sont microdosés et la spiruline ne prélève que ce dont elle a besoin : ce qui n’est pas consommé par la spiruline est alors réutilisé dans un nouveau cycle de culture. Sympa pour la planète en fait ! 

On n’utilise pas non plus d’engrais biologiques : ils ne sont pas “purs” car ils sont associés à d’autres éléments, toxiques ou non. Or la spiruline absorbe tout, et elle pourrait donc se retrouver contaminée avec des engrais biologiques ! 

On peut finalement dire que même si la spiruline d’Algorapolis n’est pas bio, sa production possède un impact écologique positif. Pour 10 kilos de spiruline produits, grâce à la photosynthèse, 5 kg de CO2 est absorbé et 5 kg d’oxygène est libéré en ville, c’est jusqu’à deux fois plus que les arbres ! ♻️

 

Algorapolis tient particulièrement à produire de manière raisonnée et écologique, c’est pourquoi lors de notre installation en 2022 dans la serre urbaine de Colombes, nous serons en symbiose avec l’unité d’aquaponie de notre partenaire Nutreets : comme dans l’écosystème naturel d’un lac où poissons, algues et plantes vivent et se développent en harmonie. Et les produits vendus sont ensuite livrés à vélo dans un périmètre de 20km. 🚲

Rejoignez nos idées : local, made in Paris – Île de France, respectueux de l’environnement, transition alimentaire, économie circulaire et symbiotique, des aliments frais pour une meilleure santé !

Adèle Cormier & Clara Tournet, Algorapolis