fbpx

Le cru et le cuit

Aujourd’hui, nous allons vous parler du crudivorisme, en faisant un petit détour par l’ethnologie. Et oui, on s’est légèrement inspiré des travaux de Claude Lévi-Strauss pour le titre de notre article (Le cru et le cuit, 1964).

La domestication du feu

Avant la maîtrise du feu, les hommes consommaient leurs aliments crus (jusque-là vous suivez). Les mots ou les concepts de “cru” et de “cuit” n’existaient donc pas, et l’idée même de cuire ou pas ses aliments n’avait aucun sens. Ce n’est qu’à partir de la maîtrise du feu que la distinction cru/cuit s’est opérée et en un sens l’alimentation est devenue cuisine ! 

On peut donc dire qu’avec le feu, qui permet de disposer d’aliments cuits ou de crus, manger devient un acte culturel (avec tous ses concepts associés) et non plus une simple nécessité biologique.

Si à la préhistoire manger=survivre, manger + feu = artdevivre.

Cette découverte a aussi (et surtout) permis à l’humanité de consommer de nouveaux aliments, sans risquer l’infection alimentaire courante à la préhistoire, et puis patatra t’es mort !

Vous le savez sûrement, la cuisson, en plus de changer le goût et la texture des aliments, permet aussi de les stériliser en tuant les bactéries. La cuisson détruit aussi les toxines de tubercule comme la Solanine présente dans les pommes de terre : autrement dit, ne tentez donc pas les frites crues… 

Le retour du cru 

Depuis une dizaine d’années, on observe l’émergence d’une nouvelle tendance alimentaire, le crudivorisme. Il s’agit d’un régime composé exclusivement d’aliments crus, cuits à moins de 42 degrés, fermentés ou germés mais c’est tout ! Ce mode de consommation est un peu un retour aux sources et  permet de préserver les enzymes et nutriments qui sont sensibles à la chaleur, il est aussi plus rassasiant. On peut dire que quelques centaines de milliers d’années après, le cru revient maintenant comme un véritable art de vivre et de manger.

Chez Algorapolis, nous vous proposons de la spiruline fraîche ou glacée que vous pouvez ajouter crue (pour conserver tous ses nutriments) à vos petits plats!

Nous vous proposons même des recettes variées sur notre site, n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil ! 

C’est aussi le concept du restaurant parisien 42 degrés qui propose des plats sains et équilibrés à base de produits, vous l’aurez compris, crus !

Pour être complet, il faut quand même préciser que notre génome ayant évolué depuis la préhistoire, notre système digestif n’est plus habitué à consommer exclusivement des aliments crus, et ne possède plus toutes les enzymes nécessaires à leur digestion. Par exemple, une trop grande consommation de fibres crues pourrait avoir quelques effets indésirables, comme des ballonnements…

Carina Pereira, Algorapolis